Yves Gingras – 25 février 2016

La Librairie Monet est heureuse de vous convier à une conférence du professeur Yves Gingras, qui nous parlera de son nouvel essai L’Impossible dialogue: Sciences et religions, qui paraîtra en février aux Éditions du Boréal.

Notre invité:

Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Il a publié de nombreux ouvrages d’histoire et de sociologie des sciences. Les plus récents sont Sociologie des sciences (PUF, 2013) et Controverses, accord et désaccord en sciences sociales et humaines (CNRS, 2014).

Le livre:

Cet ouvrage examine, dans la longue durée (du XVIIe siècle à nos jours), les luttes pour l’autonomie de la recherche scientifique face aux institutions religieuses.

Yves Gingras analyse d’abord les limites théologiques de l’autonomie de la recherche scientifique au XVIIe siècle. Il retrace ensuite la longue histoire allant de la condamnation de Galilée pour hérésie en 1633 jusqu’à sa réhabilitation par Jean-Paul II après plus de trois cent cinquante ans de revendication en ce sens par les savants européens. L’autonomie des sciences étant un processus de longue durée, un chapitre montre comment Dieu et la théologie naturelle sont devenus marginaux dans le champ scientifique au cours des XVIIIe et XIXe siècles, à mesure que la pensée scientifique naturaliste s’est étendue à la géologie, à l’histoire naturelle, aux origines de l’homme et à l’histoire des religions. L’auteur rappelle les nombreux ouvrages qui ont été mis à l’Index pour avoir fait la promotion de théories scientifiques incompatibles avec les dogmes religieux. Enfin, il analyse les usages de l’expression «conflits entre science et religion» depuis le début du XIXe siècle, et le contexte d’émergence de la rhétorique du «dialogue entre science et religion» au cours des années 1980. Face à la montée de mouvements religieux et spirituels néoromantiques qui rejettent les acquis des recherches scientifiques les mieux établies, Yves Gingras en appelle, en conclusion, à prendre le parti de la raison.

Yves Gingras

| Causeries Monet | 0 Comments
About The Author
-